- 12e édition du festival Visions d’Afrique -


Après une 11° session quelque peu perturbée par le virus, voici la 12°édition de Visions d’Afrique dont on espère qu’elle s’inscrira dans la dynamique qui avait caractérisée les années 2018/2019…

Le programme de cette année atteste de la vitalité des cinémas d’Afrique , en dépit d’une conjoncture difficile, avec la présentation de 19 longs métrages dont plusieurs ont eu les honneurs des festivals internationaux , ce qui témoignent de la poursuite d’un élan vigoureux (Cannes, Angoulême, Venise, Berlin…).

Huit de ces films seront accompagnés par leurs réalisateurs, en premier lieu le cinéaste algérien Merzak Allouache (5 films) et , en visioconférence, le congolais Dieudo Hamadi (En route pour le milliard) Olivier Delahaye, initiateur et producteur du film, présentera « La caméra de bois » qui sera également au programme des collégiens.

L‘hommage à la réalisatrice tunisienne Moufida Tlatli, qui nous a quitté en début d’année, permettra enfin de voir ,ou de revoir, l’un des chefs d’œuvre du cinéma maghrébin « Les Silences du Palais ». 11 longs métrages seront par ailleurs projetés avec toujours l’ambition de montrer le meilleur des réalisations africaines.. Un constat : variété et qualité sont encore au rendez-vous aussi bien pour les films venus du Maghreb (Fatwa, Haut et fort, Une urgence ordinaire et une histoire d’amour et de désir, couronné récemment à Angoulême) que pour un cru égyptien de haute tenue (Souad, Feathers ). L’Afrique au sud du Sahara sera au diapason avec La nuit des rois, Le Père de Nafi, Lingui, les liens sacrés et la comédie Le bonnet de Modibo.

Le volet littéraire sera animé cette année par Chadia Loueslati, l’illustratrice tunisienne , et par le romancier congolais Wilfried N’Sondé qui interviendront dans trois médiathèque et trois établissements scolaires.

Pas de Visions d’Afrique enfin sans expositions à la médiathèque de Marennes et à l’Eldorado. Dans la première , il sera question d’esclavage avec l’exposition « Chairs noires et pierres blanches. La Rochelle et Rochefort, ports négriers » et le programme « Nègres en vente » , dans le second des réalisations de quelques caricaturistes africains.

Un souhait ? Que cette 12° édition soit vive et amicale, pleine de surprises cinématographiques heureuses et de controverses passionnées.

En savoir plus sur le festival