Ayten Amin

Ayten AMIN est une réalisatrice , scénariste et productrice égyptienne.
Elle est née en 1978 à Alexandrie, en Égypte. Elle a étudié le cinéma de manière indépendante. Elle a réalisé son premier court métrage de fiction Her Man en 2006 ainsi qu’un certain nombre de films publicitaires.

Son court métrage suivant [après «I know who she is , en 2007], Spring 89 réalisé en 2009 a reçu de nombreux prix nationaux en Égypte. Son premier long métrage de fiction 69 Messaha Square (2013) qu’elle a coécrit avec Muhammed El Hajj a remporté le prix du meilleur projet à la Cairo film Connection en décembre 2010.

Elle a co-réalisé le documentaire Tahrir 2011, qui a été sélectionné au Festival international du film de Venise, au TIFF Toronto International Film Festival et a été nominé pour le prix du meilleur documentaire au cinéma pour la paix à la Berlinale 2012.

En 2019, elle a réalisé 20 épisodes d’un drame à succès Saabe’ Gaar (Le septième voisin), une série télévisée de 70 épisodes.

Souad (2020) est son second long métrage de fiction. Il a été sélectionné en 2020 à Cannes et à la Berlinale en 2021.

Filmographie

2020 – Souad LM
2019 – Saabe’Gaar : série télévisée
2013 – 69 Messaha Square LM
2011 – Tahrir 2011(The Good, The Bad And The Politician » (2011, collectif, segment : «The Bad»)
2009 – Spring 89
2007 – I know who she is
2006 – Her Man

Leyla Bouzid

Née à Tunis en 1984, elle est la fille du réalisateur Nouri Bouzid.

Après le baccalauréat, elle s’installe à Paris pour étudier la littérature à la Sorbonne. Après la coréalisation d’un premier court métrage avec Walid Mattar, « Bonjour » (Sbah el khir), elle complète ses études à la Fémis (Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son) en section « réalisation » (promotion 2011).

En 2011, elle réalise, comme film de fin d’études, un court métrage « Soubresauts » qui est produit par la Fémis et qui reçoit le grand prix du jury des films d’écoles au Festival Premiers Plans d’Angers. Elle tourne 2 ans plus tard Zakaria dans le sud de la France, un court-métrage avec des comédiens non professionnels. Elle recevra de nombreux prix dont l’ Etalon de Bronze et le prix Thomas Sankara au Fespaco en 2015.

Son premier long métrage A peine j’ouvre les yeux , sorti en 2015 a été couronné de très nombreux prix, notamment à Venise( prix du public) , à Carthage et à Montpellier .

Une histoire d’amour et de désir, son second long métrage, a été présenté à la clôture de la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2021. Il est en compétition au Festival d’Angoulême en Août 2021.

Filmographie

2020 – Une histoire d’amour et de désir
2015 – À peine j’ouvre les yeux
2013 – Zakaria (CM)
2011 – Soubresauts, (CM) (film de fin d’étude produit par La Fémis)
2010 – Un Ange passe (CM)
2006 – Sbeh el khir (Bonjour) coréalisé avec Walid Mattar (CM)

Moufida Tlatli

Moufida Tatli est née à Sidi Bousaïd, dans la région de Carthage, en 1946. Issue d’une famille traditionaliste, elle découvre le cinéma grâce à son professeur de philosophie. Après des études de montage en France, à l’IDHEC (ancêtre de la Fémis) dont elle sort diplômée en 1968, elle travaille à la télévision française puis rentre en Tunisie et travaille au montage de très nombreux films dont Omar Gatlato de Merzak Allouache, Les Baliseurs du désert de Nacer Khémir, Le Cantique des pierres de Michel Khleifi et Halfaouine, l’enfant des terrasses de Férid Boughedir. Elle est ainsi pendant plusieurs années au cœur de la production cinématographique tunisienne.

En 1993, elle réalise son premier long-métrage coécrit avec Nouri Bouzid (l’un des chefs de file du cinéma tunisien) « Les Silences du palais », qui est unanimement salué et rencontre un grand succès dans les salles. Il remporte de nombreux prix, notamment le Tanit d’or aux Journées cinématographiques de Carthage en 1994, la Tulipe d’or au Festival international du film d’Istanbul, le Prix du meilleur long métrage lors du 5e Festival du cinéma africain de Milan. Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes , il reçoit une mention spéciale du jury de la Caméra d’or .

Son second long métrage La Saison des hommes sort en 2000 et est présenté en sélection officielle dans la section Un Certain Regard au festival de Cannes. Il reçoit le Grand Prix IMA à la 5e Biennale des cinémas arabes à Paris.

En 2001, Moufida Tatli fait partie du jury du Festival de Cannes.

Son dernier long métrage, « Nadia et Sarra », est réalisé en 2004 pour la chaîne de télévision ARTE.

Moufida Tatli est décédée en février 2021

Filmographie

1994 – Les Silences du palais
2000 – La Saison des hommes
2004 – Nadia et Sarra