Présentation de la 12° édition

La 12° édition de Visions d’Afrique aura lieu dans les salles de Marennes et de Saint- Pierre d’Oléron du mercredi 20 octobre au mardi 26 octobre.

Elle fait suite à la 11° édition qui s’est tenue du 14 au 20 octobre 2020 et qui, en dépit des difficultés liées aux conditions sanitaires qui ont perturbé son déroulement et imposé des ajustements, a rassemblé plus de 2800 participants dont 1559 spectateurs au cours de 37 séances Grand Public et 873 scolaires.

Cette nouvelle édition restera fidèle pour son organisation et l’économie de son programme au schéma mis en œuvre les années précédentes.


1. Présentation par 3 cinéastes de leurs films

Comme tous les ans, plusieurs cinéastes viendront présenter leurs réalisations. Cette édition recevra l’un des principaux cinéastes du Maghreb, le réalisateur algérien Merzak Allouache qui présentera plusieurs de ces films dont Omar Gatlato , son premier long métrage qui l’a fait connaître en 1976 et Bab El Oued City, réalisé en 1993, sélectionné à Un Certain Regard à Cannes et qui mit en évidence le danger que fait courir à l’Algérie la menace islamiste.

Sa dernière réalisation Vent divin en 2018 sera également au programme ainsi que Madame Courage (2016). L’Algérie et ses drames sont au cœur de l’œuvre de Marzac Allouache, farouche adversaire de l’intégrisme et inlassable peintre des maux qui affectent la société algérienne qu’il ne cesse de dénoncer. Il aura également l’occasion de parler de son travail et d’exposer son point de vue lors d’une leçon de cinéma le vendredi 22 octobre.

Merzak Allouache

Autre cinéaste présent (il est coréalisateur de Soleils avec Dani Kouyaté) Olivier Delahaye. Il sera à Visions d’Afrique pour présenter et commenter cette année La caméra de bois, film sud-africain réalisé en 2003 par Ntshavheni Wa Lurukli. Olivier Delahaye en a été l’inspirateur et le producteur et il en a tiré un ouvrage (novélisation).
Le film et le livre feront l’objet d’une présentation et d’un débat.

Il a par ailleurs paru indispensable de rendre hommage à l’une des grande cinéastes du Maghreb, la réalisatrice tunisienne Moufida Tlatli, récemment disparue. Le choix s’est porté sur le film Les silences du palais qu’elle a réalisé en 1994 et qui a obtenu la même année le Tanit d’or au festival de Carthage et une mention spéciale à Cannes.

L’occasion de voir un des films emblématique du cinéma « féminin » tunisien réalisé par une des plus brillantes réalisatrice du Maghreb.

Il est par ailleurs envisagé l’organisation d‘une visioconférence avec le réalisateur congolais Dieudo Hamadi, qui ne pourra être présent, pour la présentation de son dernier documentaire sélectionné à Cannes en 2020 En route pour le milliard.


2. Une dizaine de films illustreront la production des années 2018/2020

Outre les film cités ci-dessus, seront au programme plusieurs réalisations du cinéma maghrébin en plein essor comme Fatwa du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud couronné à Carthage en 2018, « Une urgence ordinaire » du cinéaste marocain Mohcine Besri, et deux films récemment sélectionnés au festival de Cannes, en compétition officielle pour « Haut et fort » le film « musical » de Nabil Ayouch et à la semaine de la critique pour « Une histoire d’amour et de désir« , le beau film plein de délicatesse de la cinéaste tunisienne Leyla Bouzid.

Plusieurs productions manifesteront la vitalité des cinémas d’autres pays, africains, en particulier de l’Egypte. Souad de Ayten Amin et Feathers de Omar El Zohairy témoigneront de la qualité et de la créativité du cinéma égyptien actuel.

L’Afrique subsaharienne ne sera bien entendu pas absente avec 4 longs métrages dont évidemment le dernier film du cinéaste tchadien Mahamat Saleh Haroun revenu en 2021 à Cannes en compétition officielle avec « Lingui, les liens sacrés » et le dernier opus de Philippe Lacôte, le réalisateur ivoirien de « La nuit des rois« .
Le père de Nafi du sénégalais Mamadou Dia et Le Bonnet de Modibo du burkinabé Boubacar
Diallo
complèteront ce panorama.

Au total cette 12° édition de Visions d’Afrique présentera 19 longs métrages dont un documentaire.

Souad de Ayten Amin

La nuit des rois de
Philippe Lacôte


3. Le programme scolaire

Les trois degrés d’enseignement seront cette année encore concernés par Visions d’Afrique.

1 – Les classes du primaire (essentiellement des CM1 et CM2) qui participeront au festival ( et qui feront acte de candidature en septembre) se verront proposer la film d’animation Soundiata Keita, le réveil du lion réalisé en 2104 par le studio ivoirien Afrika Toon (Abel Kouamé). Le film sera présenté par David-Pierre Fila, le réalisateur congolais.

2 – Pour les collégiens (4 collèges participeront à Visions d’Afrique ) le choix s’est porté sur le film sud-africain La caméra de bois réalisé en par Ntshaveni Wa Luruli en 2003. Olivier Delahaye, réalisateur et écrivain français, producteur du film, qui fera la présentation du film et animera les discussions.

3 – Comme tous les ans, un des réalisateurs invités se rendra au lycée Merleau-Ponty de Rochefort pour rencontrer les élèves (première et terminale) qui auront visionné et étudié l’un de ses films. C’est Merzak Allouache qui ira au lycée à la rencontre des élèves qui auront étudiés le film Bab El Oued City, une des œuvres majeures du réalisateur. Un certain nombre de ces élèves viendront à l’Eldorado pour la séance de 14h30.


4. Soirées Musique/Cinéma

Deux soirées musique/cinémas seront au programme.
La soirée de la 12° édition aura lieu le vendredi 22 octobre à 20h30 à l’Eldorado.

1 – Coorganisée avec la mairie de Saint-Pierre d’Oléron, elle sera animée par la chanteuse
tunisienne Ethel Mathlouthi, l’une des voix de la révolution tunisienne de 2011,
Le concert sera suivi par la projection du film Haut et fort de Nabil Ayouch.

2 – L’orchestre Mussa Molo, inspiré par les musiques peul , et conduit par Abdou Sow, animera
le concert de la soirée de clôture à l’Estran le mardi 26 octobre.
Le film Lingui, les liens sacrés de Mahamat Saleh Haroun, en compétition officielle à Cannes en 2021, terminera la soirée de clôture de la 12° édition.


5. Les Rencontres Littéraires

Le volet littéraire de Visions d’Afrique comportera les séquences habituelles consacrées l’une au Jeune Public , l’autre au public adulte et concernera les médiathèques de Marennes, Saint-Pierre, Saint-Georges ainsi qu’un certain nombre d’établissements scolaires dont les collèges de Marennes , du Château d’Oléron et de Saint-Agnant.

Le Jeune Public recevra Chadia Chaïbi-Loueslati, illustratrice et auteure de plusieurs romans graphiques dont « Famille nombreuse » et « Vacances au bled ».

Le public adulte des médiathèques rencontrera Wilfried N’Sondé, romancier d’origine congolaise, auteurs de plusieurs romans. Il a reçu le prix Senghor en 2007 (pour Le coeur des enfants léopards). Son dernier roman « Un océan, deux mers et trois continents » a obtenu le prix Kourouma en 2018

Chadia Chaïbi- Loueslati
Wilfried N’Sondé

6. Deux expositions

La médiathèque de Marennes consacrera des expositions et une animation à l’esclavage.

1 – L’exposition est intitulée « Chairs noires et pierres blanches. La Rochelle et Rochefort, ports négriers. » Elle sera installée dans la salle d’exposition de la médiathèque du 5 au 23 octobre.

Cette exposition est prêtée par les Archives départementales de la Charente- Maritime et réalisée par l’association rochelaise pour la coopération, l’animation et la diffusion documentaire (ARCADD).
Elle comporte 24 panneaus de 2 m sur 1,80 m et traite des aspects généraux de la
traite et de ses implications locales, à La Rochelle et à Rochefort.

2 – «Nègres en vente» est le travail réalisé par les artistes Guy Régis et Hélène Lacroix. Des capsules sonores composent un itinéraire d’images sonores qui ont été élaborées à partir de l’exploitation des journaux de bord, des registres d’esclaves vendus…..

Dans le hall de l’Eldorado, à Saint-Pierre d’Oléron, une exposition réunira les dessins de plusieurs caricaturistes africains qui ont participé à la réalisatiion de l’ouvrage AFRIKA de Plantu et René Guitton chez Calmann-Levy.