Wênd Kûuni

  • Réalisé par Gaston Kaboré
  • Année de production : 1982
  • Durée du film : 75min
  • Pays d'origine : Burkina Faso
  • Avec : Rosine Yaméogo, Serge Yanogo, Joseph Nikiema, Collette Kaboré, Simone Tapsoba

Horaires de diffusion

Projection Jeune Public uniquement

Résumé

Un colporteur découvre en pleine brousse un enfant muet . Il le conduit au village le plus proche où une famille le recueille et lui donne le nom de Wend Kuuni qui signifie  »Don de Dieu ». La recherche de ses parents se révélant infructueuse, Wend Kuuni vit au village dans sa famille d’adoption. Un événement tragique va lui permettre de recouvrer la parole et de raconter son histoire.

 

« Mais surtout, il va se soi que ce travail de ré-appropriation de soi-même auquel sont appelés tous les Africains ne peut se faire sans remonter à la source et donc à la communauté rurale originelle. Wen Kuuni participe de ce mouvement. Ce qui donne une description du mode de vie ancestral qui peut sembler paisible mais qu’on aurait tort, à mon avis, de considérer comme un paradis. Les valeurs de solidarité sont certes bien présentes. Wend Kuuni est accueilli dans sa familled’adoption comme un « don de Dieu » (c’est le sens de son nom en langue Moré) […]Mais le film montre aussi les conflits et les tensions engendrés par les préjugés découlant directement de la tradition qui peuvent vite s’avérer un carcan mortel »

Josiane Scoleri Avril 2009

« L’année 1982 marque une date dans l’histoire du cinéma africain, avec la réalisation de son premier long métrage (de G Kaboré), Wend Kuuni. Avec cette histoired’un jeune garçon frappé de mutisme, abandonné et recueilli par une famille d’adoption, apparaît un thème fondamental de l’oeuvre de Kaboré : la quête d’identité, la recherche d’une mémoire qui permet à l’homme de s’approprier son destin.
Mais plus important peut-être, Wend Kuuni marque le souci de créer une esthétique proprement africaine qui transpose (et du même coup réinvente) dans une forme cinématographique la tradition orale du conte. La beauté de la photographie, la lenteur calculée du rythme, la sûreté de la direction d’acteurs non-professionnels, l’intérêt de la narration, procédant par juxtapositions pour intégrer plusieurs récits secondaires à la trame principale sont déjà la marque d’un grand cinéaste. »

Franck Andrien-Jean-Pierre Garcia Festival International d’Amiens

WEND KUUNI a obtenu le Tanit d’argent aux Journées Cinématographiques de Carthage en 1982 et reçu le César du Meilleur film francophone en 1985. dans l’histoire du cinéma africain, avec la réalisation de son premier long métrage

Bande annonce