Le bonnet de Modibo

  • Réalisé par Boubacar Diallo
  • Année de production : 2017
  • Durée du film : 90min
  • Pays d'origine : Burkina Faso
  • Avec : Ildevert Meda, Mariam Ouédraogo, O'Gust Kutu, Saturnin Milla

Horaires de diffusion

Résumé

Tout juste retraité de la fonction publique , Modibo reçoit la visite surprise d’une délégation de son village natal lui demandant de devenir le nouveau chef. Sa candidature apparaît aux yeux des vieux sages comme une solution de compromis pour éviter un affrontement entre deux clans rivaux. Rattrapé par sa réputation d’incorruptible fonctionnaire, il devra affronter Kayouré, un homme ambitieux et sans scrupule. Mais Modibo a d’autres projets pour sa retraite et ne supporte pas le folklore des obscures intrigues coutumières…


 » D’après vous, comment les réalisateurs africains peuvent-ils toucher les publics du continent, quel que soit le pays ? Les publics africains ont besoin de se reconnaître dans leurs cinémas, besoin de rire de leurs tares, besoin de dénoncer les entraves à leur épanouissement, besoin de sentir le coeur battre dans des histoires à suspense mais surtout sentimentales. Inutile de rappeler sans cesse qu’on est misérable et que l’avenir est bouché. Nos publics ont grand besoin d’émotions africaines.
Ils ont besoin de croire que le Rêve Africain est possible ! »
Interview de Boubacar Diallo- Grioo.com

« Cette comédie douce-amère attachante et réussie conduit aussi à s’interroger sur la persistance des valeurs incarnées par les villages africains. Souvent boudé en festivals, Boubakar Diallo continue pourtant à creuser le sillon d’une filmographie aussi plaisante que cohérente, en lien avec les réalités locales. Ses films n’ont pas pour vocation d’être montrés à Cannes, Venise, Berlin ou Toronto, mais bien dans les salles de cinéma de Ouagadougou ou de Bobo-Dioulasso. Malgré leur aspect « populaire » qui lui vaut le dénigrement opiniâtre d’une partie de la presse et de la profession, ils abordent aussi de nombreux sujets profonds, avec intelligence et finesse. Ici, une fois de plus, pour Le Bonnet de Modibo, l’agrément que peut provoquer une intrigue pleine de rebondissements, d’humour et de suspense s’allie à une réflexion ambitieuse autour de la transmission, des valeurs, et du fossé pouvant séparer la tradition de la modernité.»
AFRICAVIVRE

Bande annonce