Feathers

  • Réalisé par Omar El Zohairy
  • Année de production : 2021
  • Durée du film : 112min
  • Pays d'origine : Egypte
  • Avec : Demyana Nassar, Samy Bassouny, Fady Mina Fawzy, ,Mohamed Abd El Hady, Abo Sefen Nabil Wesa

Horaires de diffusion

Résumé

Une mère passive, dévouée corps et âme à son mari et ses enfants est enfermée dans un quotidien monotone, rythmé de tâches banales et répétitives. Elle se fait aussi petite que possible. Un simple tour de magie tourne mal pendant l’anniversaire de son fils de quatre ans : le magicien transforme son mari, père autoritaire, en poulet.

La mère n’a d’autre choix que de sortir de sa réserve et assumer le rôle de cheffe de famille. Elle remue ciel et terre pour retrouver son mari.
Luttant pour sa survie et celle de ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte.


« Feathers (Plumes) a réussi le pari de rendre l’absurde possible. Récit fabuleux d’un point de vue d’une femme qui est obligée de prendre soin de sa famille et d’élever un poulet qui est censé être son mari. Le film rend l’impossible évident et atteint le sommet de l’invraisemblance pour étudier ce qu’il se passe dans notre réalité. Ce film magnifiquement bien réalisé, exceptionnel et nouveau, se sert de l’absurde pour mettre en scène la vie sur terre». Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique

« Attention ovni venu d’Egypte ! Ce coup d’essai signé Omar El Zohairy s’avère un coup de maître décapant…..
C’est une chronique simple sur une famille ordinaire, qui galère pour joindre les deux bouts et survivre dans son petit appartement insalubre d’un quartier populaire et ouvrier. L’idée géniale de ce premier film est d’embrasser le réalisme magique et la poésie burlesque pour dépeindre le quotidien. Le misérabilisme est évacué, et la complaisance inexistante. Tout n’est que finesse de construction, de l’écriture à la mise en scène, des décors au montage » …… Le réalisateur croit dur comme fer dans son postulat loufoque et s’y tient, sans appuyer lourdement la farce, mais en se concentrant justement sur la circulation de l’argent, l’exploitation humaine, le système D, et la chaleur solidaire qui parfois colmate les brèches douloureuses. Nourri d’une intelligence pointue et d’une maturité d’observation, Omar El Zohairy emballe de A à Z. »
« Bande à Part » juillet 2021

Feathers a obtenu le Grand Prix de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes en 2021.
Le réalisateur croit dur comme fer dans son postulat loufoque et s’y tient, sans appuyer lourdement la farce, mais en se concentrant justement sur la circulation de l’argent, l’exploitation humaine, le système D, et la chaleur solidaire qui parfois colmate les brèches douloureuses. Nourri d’une intelligence pointue et d’une maturité d’observation, Omar El Zohairy emballe de A à Z.

Bande annonce