En avant pour la 12° édition de Visions d’Afrique !

La 12° édition de Visions d’Afrique aura lieu dans les salles de Marennes et de Saint-Pierre d’Oléron du mercredi 20 octobre au mardi 26 octobre.
Elle fait suite à la 11° édition qui s’est tenue du 14 au 20 octobre 2020 et qui, en dépit des difficultés liées aux conditions sanitaires qui ont perturbé son déroulement et imposé des ajustements, a rassemblé plus de 2800 participants dont 1559 spectateurs au cours de 37 séances Grand Public et 873 scolaires.

Cette nouvelle édition restera fidèle pour son organisation et l’économoie de son programme au schéma mis en œuvre les années précédentes.

I. Comme tous les ans, plusieurs cinéastes viendront présentér leurs réalisations.

Cette édition recevra l’un des principaux cinéastes du Maghreb, le réalisateur algérien Merzac Allouache qui présentera plusieurs de ces films dont Omar Gatlato , son premier long métrage qui l’a fait connaître en 1976 .
Sa dernière réalisation Vent divin sera également au programme ainsi que Madame Courage (2016). L’Algérie et ses drames sont au cœur de l’œuvre de Marzac Allouache, farouche adversaire de l’intégrisme et inlassable peintre des maux qui affectent la société algérienne.

Merzac Allouache

Autre cinéaste présent (il est coréalisateur de Soleils avec Dani Kouyaté) Olivier Delahaye . Il sera à Visions d’Afrique pour présenter et commenter cette année La caméra de bois, film sud-africain réalisé en 2003 par Ntshavheni Wa Lurukli . Olivier Delahaye en a été l’inspirateur et le producteur et il en a tiré un ouvrage ( novélisation). Le film et le livre feront l’objet d’une présentation et d’un débat.

Il a par ailleurs paru indispensable de rendre hommage à l’une des grande cinéastes du Maghreb, la réalisatrice tunisienne Moufida Tatli, récemment disparue.   Le choix s’est porté sur le film Les silences du palais qu’elle a réalisé en 1994 et qui a obtenu la même année le Tanit d’or au festival de Carthage et une mention spéciale à Cannes.

Il est également envisagé de demander à Philippe Lacôte , cinéaste ivoirien venu en 2015 montrer son premier long métrage Run, de revenir à Visions d’Afrique avec son dernier long métrage La nuit des rois.

II. Une dizaine de films illustreront la production des années 2018/2020.

Outre les film cités ci-dessus ( 8 au total), seront au programme de nombreux films du cinéma maghrebin en plein essor comme L’homme qui a vendu sa peau de la cinéaste tunisienne Kaouther Ben Hania et Fatwa du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud . La production marocaine sera représentée par le miracle du Saint Inconnu comédie de de Alaa Eddine Amjem et par le dernier film de Mohcine Besri Une urgence ordinaire .
Bien entendu plusieurs films manifesteront la vitalité des cinémas d’autres pays, notamment de l’ Égypte avec Souad de Ayten Amin et de l’Afrique subsaharienne. On citera le bonnet de Modibo, film burkinabé de Boubacar Diallo et le dernier opus du sud-africain Oliver Hermanus Moffie.

Au total Visions d’Afrique présentera au cours de cette 12° édition une vingtaine de longs métrages.

III. Soirées Musique/Cinéma

Deux soirées musique/cinémas seront au programme.
La soirée de la 12° édition aura lieu le vendredi 22 octobre à 20h30 à l’Eldorado.

Ethel Mathlouthi

Coorganisée avec la mairie de Saint-Pierre d’Oléron, elle sera animée par la chanteuse tunisienne Ethel Mathlouthi, l’une des voix de la révolution tunisienne de 2011.
Le programme de la soirée de clôture du festival du mardi 26 octobre est en cours d’élaboration : peut-être un orchestre du Congo (Brazzaville) ?

IV. Le programme scolaire est aussi en cours d’élaboration.

Il est envisagé de programmer pour les collégiens Abouna du réalisateur tchadien Mahamat Saleh Haroun .Pour les écoles primaires le choix pourrait se porter sur Un transport en commun de Dyana Gaye.

V. Le volet littéraire de Visions d’Afrique

Le volet littéraire de Visions d’Afrique comportera les deux séquences habituelles consacrées l’une au Jeune Public , l’autre au public adulte et concernera les médiathèques de Marennes, Saint-Pierre, Saint-Georges et Saint-Denis ainsi qu’un certain nombre d’établissements scolaires dont les collèges de Marennes et du Château d’Oléron. Peut-être également les collèges de La Tremblade et de Saint-Agnant qui ont été contactés (ils sont déjà partie prenante du volet cinéma).

Le Jeune Public recevra Chadia Chaïbi- Loueslati, illustratrice et auteure de plusieurs romans graphiques dont famille nombreuse et Vacances au bled.
Le public adulte des médiathèques rencontrera Wilfried N’Sondé, romancier d’origine congolaise, auteurs de plusieurs romans . Il a reçu le prix Senghor en 2007 (pour Le cœur des enfants léopards) . Son dernier roman Un océan, deux mers et trois continents a obtenu le prix Kourouma en 2018.

Chadia Loueslati

VI. Conférence et Expositions

  • La 12° édition a invité Claude Forest, professeur à la Sorbonne, spécialiste de l’histoire économique du cinéma, notamment des cinémas africains, à faire le point, pour le public de Visions d’Afrique, de la situation et de l’évolution de la production et de la diffusion des films en Afrique.( son dernier ouvrage : Etats et cinéma en Afriques francophones. pourquoi un désert cinématographique? Paris, L’Harmattan, 2020).
  • « Nègres en vente » : Exposition et animation à la médiathèque de Marennes
    Ce programme a été élaboré par Guy Régis et Hélène Lacroix qui ont crée des « capsules sonores » sur la traite des noirs , notamment dans le cadre des trafics développés entre La Rochelle et Saint-Domingue : sont mis à contribution les poèmes et les textes puisés dans les archives pour la création de ces images sonores
  • A l’étude enfin, un programme ayant pour objet l’écrivain congolais Sony Labou Tansi et son œuvre qui associeraient une exposition (réalisée en 2015/2017 par les Francophonies de Limoges) qui pourrait être présenté à l’Eldorado et la projection d’un documentaire consacré à l’écrivain.

Gérard La Cognata, 09/03/2021