Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

Présentation

La 6° EDITION DE VISIONS D'AFRIQUE (14-20 octobre 2015)

Pour la 6° année, les salles de cinéma de Saint Pierre d'Oléron (Eldorado) et de Marennes (Estran) accueilleront en automne, du 14 au 20 octobre 2015, les Rencontres Cinématographiques VISIONS D'AFRIQUE du Pays Marennes Oléron.Cette session sera particulièrement riche de films et de cinéastes : le programme comportera 20 films « africains » dont 15 longs métrages et quatre cinéastes seront présents au festival pour montrer leurs films. Les objectifs de cette 6° session demeurent évidemment identiques : faire connaître et apprécier les cinémas et les cinéastes d'Afrique et favoriser la compréhension des multiples cultures qui les animent.

Cette édition accordera une attention toute particulière au Burkina Faso. 

Idrissa Ouédraogo, l'Invité d'Honneur, est burkinabé. Il est un des maîtres incontestés des cinémas d'Afrique. Ses films ont connu des succès internationaux. Ce fut le cas de Yaaba (1989), prix de la critique à Cannes qui raconte l'amitié entre un jeune garçon et une vieille paysanne rejetée par les villageois. Ce fut davantage encore le cas de Tilaï (1990), grand prix du jury à Cannes et étalon d'or au Fespaco en 1991.Le film montre le destin tragique de Saga. Il ne peut renoncer à l'amour de Nogma , devenue en son absence l'épouse de son père, et se heurte de plein fouet à la tradition. Ce film dépouillé, d'une grande simplicité de facture, a joué un rôle décisif pour la reconnaissance du cinéma africain .Les deux autres longs métrages retenus marque une nette évolution du cinéma d'Idrissa Ouédraogo. Samba Traoré (1992), Ours d'argent à Berlin en 1993, est le récit du retour au village du héros qui a participé au hold up d'une station d'essence. Grâce à l'argent du vol, il tente de se construire une vie nouvelle. Mais l'histoire le rattrape. Il devra payer pour son crime.

Kini et Adams (1997), sélectionné en compétition officielle à Cannes en 1997, est l'histoire d'une joyeuse amitié entre deux jeunes hommes qui veulent faire fortune ensemble à la ville. L'ambition et l'amour ruineront cette amitié .Toujours très maîtrisé dans sa forme, le cinéma de Ouédraogo a changé de registre. Il est plus dynamique, plus ouvert sur l'aventure, plus marqué par les problèmes humains que suscitent la modernisation et la concurrence entre les hommes dans l'Afrique nouvelle. Idrissa Ouédraogo aura également l'occasion de parler de quelques uns de ces nombreux courts métrages qui seront projetés le vendredi 16 octobre et serviront d'assise à sa leçon de cinéma, animée, comme tous les ans, par la journaliste Catherine Ruelle.

 

thomas-sankara blaise-compaore rene

Thomas Sankara / Blaise Compaoré / Réné Otayek, politologue au CNRS

 

Le Burkina Faso sera aussi le thème de la ciné-conférence. La révolte populaire d'octobre 2014 a chassé du pouvoir Blaise Compaoré. Il voulait modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir. Le peuple en a décidé autrement. La « Transition démocratique » en cours débouchera-t-elle en octobre 2015 sur des élections libres et l'installation d'un nouveau Président et d'une nouvelle Assemblée Nationale? René Otayek, directeur de Recherche au CNRS, analysera cet épisode en cours de l'histoire politique du Burkina Faso.

 

amor-hakkar adios nabil

Amor Hakkar présentera deux films « La preuve et La maison jaune » / Nabib Asli dans La Preuve

 

11 longs métrages constitueront les « Visions d'Afrique 2015 » et montreront la richesse et la diversité géographique et thématique de la production africaine récente.

Le cinéma du Magheb sera fortement représenté .D'abord par le cinéma algérien avec le dernier film de Merzac Allouache « Les Terrasses », portrait terrifiant d'une société algérienne frappée de mille maux. Avec ensuite deux des réalisations de Amor Hakkar, « La maison jaune » et « La Preuve ». Il nous a semblé en effet indispensable de saisir la sortie de son dernier film « La preuve » pour faire connaître aux spectateurs de Marennes Oléron le cinéma « intimiste et émouvant » du cinéaste franco-algérien qui sera avec nous pour parler de ses films et de sa vision du cinéma. Ensuite par deux films marocains qui se sont imposés. Le premier, « Adios Carmen » de Mohamed Amin Benemraoui , raconte la jeunesse, dans le Rif marocain, d'Amar , enfant abandonné par sa mère partie en Belgique, que prend en affection Carmen, l'exilée espagnole,ouvreuse du cinéma local. Le second, « Derrière les portes fermées » de Mohammed Ahed Bensouda a été le grand succès populaire du cinéma marocain en 2014. Plus de 100 000 spectateurs se sont émus pour la belle Samira soumise au harcèlement sexuel de son nouveau directeur.

L'Afrique de l'Ouest ne sera pas absente. Outre les réalisations d'Idrissa Ouédraogo, elle sera représentée par deux films singuliers. « Run » est le premier long métrage de Philippe Lacôte . Il raconte le voyage halluciné, entre réel et imaginaire, d'un jeune ivoirien en fuite, d'une vie à l'autre, à travers l'histoire chahutée de son pays.

Philippe Lacôte sera là, le vendredi soir à Marennes et le samedi à Saint Pierre d'Oléron « Soleils », retrace avec brio le voyage joyeux et excentrique, dans l'espace et le temps, du griot Sotigui chargé de rendre à Dokamisa, la jeune fille amnésique, sa mémoire de l'histoire de l'Afrique, de ses héros et de son humanisme. Olivier Delahaye, l'un des coréalisateur, sera là pour parler du film et de la manière dont ce film a été conçu et réalisé en partenariat avec le cinéaste burkinabé, Dani Kouyaté, le fils de Sotigui.

En Afrique de l'Est, c'est l'Ethiopie qui retiendra l'attention : l'année 2015 est à marquer d'une pierre blanche : l'un des deux films sélectionnés à Visions d'Afrique « Lamb », de Yared Zeleke est le premier film éthiopien sélectionné à Cannes : c'est le récit de la résistance obstinée d'Ephraïm, 9 ans. Il a perdu sa mère et ,confié par son père à son oncle, il refuse de voir sacrifier sa seule amie, sa brebis Chuni, et met tout en oeuvre pour retourner chez lui.

 

philippe-lacote olivier-delahaye lamb-de-yared adama

Philippe Lacôte / Olivier Delahaye / Lamb de Yared Zeleke / Adama de S.Rouby

 

 

Le second film éthiopien retenu « Difret » de Zeresenay Mehari relate le difficile combat de l'avocate Meaza Ashenafi pour sauver la jeune Hirut, accusée de meurtre pour avoir tué le jeune homme qui l'a enlevé pour l'épouser, conformément à la coutume.

Deux films enfin témoigneront de l'intérêt des cinéastes français pour l'Afrique. « Hope » de Boris Lojkine est une fiction proche du documentaire sur le parcours de deux migrants, Hope , la jeune nigériane et de Léonard, le camerounais : il nous fait plonger au coeur du monde impitoyable de la migration à travers le Sahara vers l'Europe. « Adama » de Simon Rouby est un film d'animation qui raconte le voyage d'un gamin de 12 ans qui se lance, malgré les interdits, à la recherche de son frère Samba parti au pays des Nassaras pour faire la guerre.

Le volet littéraire « africain » prendra cette année plus d'ampleur. Trois rencontres mettront en présence dans les médiathèques de Marennes, de Saint Pierre d'Oléron et de Saint Georges d'Oléron le public oléronais avec Véronique Tadjo, romancière ivoirienne, qui interviendra aussi le jeudi 15 octobre auprès des classes de 4° et de 3° du collège Aliénor d'Aquitaine. Le journaliste Bernard Magnier contribuera à l'animation de ces rencontres.

Bien évidemment, comme les années précédentes, le volet scolaire ne sera pas oublié et les trois niveaux d'enseignement seront concernés, notamment le collège, où interviendra Idrissa Ouédraogo pour parler de « Yaaba » et le lycée de Rochefort où Philippe Lacôte présentera son premier long métrage« Run » aux élèves des classes « cinéma ». La musique africaine sera bien sûr aussi de la partie pour la séance d'ouverture, le 14 octobre à l'Eldorado, avec le concert de MANGANE (Sénégal) organisé par le service culturel de Saint Pierre (film :Tilaï de Ouédraogo) et pour la clôture du Festival à l'Estran , avec le groupe burkinabé BENKADI et ses balafons. Ajoutons que l'association « Rochefort-sur-Toile » programmera quelques jours avant l'ouverture de VISIONS D'AFRIQUE une soirée « cinéma africain », en préambule au festival Visions d'Afrique.

En bref : une copieuse et très variée édition 2015 de VISIONS D'AFRIQUE, riche de ses 20 films de 6 pays, de ses 8 invités, cinéastes, romancière, journalistes et universitaire, avec plus de 30 séances de cinéma, un volet scolaire substantiel et une séquence littéraire élargie.

 

Bienvenue au public de Visions d'Afrique 2015 

samira run-tire mangane veronique

Samira (Zineb Obeid) dans Derrière les portes fermées de M Bensouda / Run tire sur le premier Ministre / Mangane / Véronique Tadjo la romancière ivoirienne