Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

Lamb

lamb

Réalisé par Yared Zeleke (Ethiopie)
Avec Rediat AMARE, Kidist SIYUM, Welela ASSEFA, Surafel TEKA, Rahel TESHOME, Indris MOHAMED
Durée : 94’
Année de production : 2014
Sortie en salles 30-09-2015

Ephraïm est un jeune garçon, toujours accompagné de son inséparable brebis à laquelle il est très attaché depuis le décès de sa mère pendant la grande sècheresse. Confié par son père, contraint de partir travailler en ville, à des parents installés dans une région plus favorable, il s’adapte mal à sa nouvelle vie. Un jour, son oncle lui annonce qu’il devra sacrifier sa brebis pour le prochain repas de fête. Mais Ephraïm est prêt à tout pour sauver sa seule amie et rentrer chez lui.

« Ce qui ne pourrait être alors qu’un simple et très joli petit « feel good movie » exotique, se révèle être une histoire aux maintes questions fondamentales. Des questions sur la persévérance d’une personnalité à naître, sans se laisser conditionner par l’appartenance à un genre…….. À la fois sous le charme de cet enfant qui enchante accroupi en composant des plats merveilleux….. le nouvel environnement du jeune héros oscille entre surprise et rejet. Peu importe, toujours flanqué de sa biquette, l’enfant-cuisinier, objet innocent de transgression et déstabilisation se montre surprenant, sans fatigue, ni découragement. Obstinément combattant et réconciliateur » Virginie Apiou ARTE l’Actu du Festival

« Tout en illustrant cette période critique qu’est le passage de l’enfance à l’âge adulte, Lamb parle aussi, subtilement, de la situation du pays où il a été tourné, de «tous ces Éthiopiens qui n’ont pas les moyens d’acheter les aliments qu’ils produisent», de la pression de la tradition, de la pauvreté. Avec ses paysages somptueux, ses scènes de danse, ses gros plans sur cette nourriture si rare, mais traitée avec respect et préparée avec amour (samoussa, injera…), l’oeuvre célèbre également la culture du réalisateur et la nature de son pays. Sa spécificité. Couleurs chaudes, musique douce, jeu d’acteur d’un naturel désarmant… tout fait de Lamb un modèle de justesse et d’émotion. Non, Yared Zeleke n’avait pas à être nerveux. Plutôt fier. L’Éthiopie aura peut-être attendu longtemps une «consécration cannoise». Mais hier, elle a fait une entrée remarquée. Dans l’histoire du cinéma Natalia Wysocka (Métro 20/05/2015)

Lamb a été le premier film éthiopien présenté en sélection officielle à Cannes, dans la section Un Certain Regard en 2015.