Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

A peine j’ouvre les yeux

A peine jouvre les yeux

Réalisé par Leyla Bouzid (Tunisie)
Avec Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Montassar Ayari, Aymen Omrani, Lassaad Jamoussi...
Durée : 102’
Année de réalisation : 2015

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d'un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits

« Farah est une jeune fille qui vient d’un milieu aisé. Elle est entourée de l’amour d’une mère qui veut la protéger …..Pourtant, elle étouffe dans ce pays……. Elle se veut libre, libre de chanter ce qu’elle veut, de fréquenter qui elle veut mais dans ce pays où les traditions pèsent encore bien lourd ……rien n’est facile. A travers le parcours de cette jeune femme, bien déterminée à vivre sa vie quoiqu’il lui en coûte, Leyla Bouzid dresse un portait à la fois émouvant et saisissant de la vie d’hier et d’aujourd’hui en Tunisie….. ;. La jeune Baya Medhaffar communique parfaitement cette belle fougue. Sa voix chaude et les scènes de concerts magnifiquement filmés donnent une saveur supplémentaire aux chansons jugées irrévérencieuses par le régime tyrannique de son pays » Claudine Levanneur A Voir-Lire

« J’avais envie, du haut de mes 30 ans, d’être un porte-parole d’une génération qui n’est pas très représentée et qui pourtant fait l’énergie de tout ce qui s’est passé historiquement dans les pays arabes, Je parle de ces jeunes très modernes, très créatifs et qu’on ne voit jamais, parce qu’il y en a d’autres qui prennent toute la place. » Leyla Bouzid

« Un film engagé, fiévreux, fougueux, poétique, porté par deux actrices exceptionnelles, une réalisation d’une force et d’une intensité rares, des textes et des musiques remarquables et qui montrent la puissance de liberté de la musique, plus que jamais vitale. de sa jeune actrice : incandescent et brûlant de vie » Blog de Sandra Méziere

A peine j’ouvre les yeux a obtenu de très nombreux prix, notamment :

- Prix du public et label Europa Cinémas Mostra de Venise 2015

- Bayard d’or au festival francophone de Namur

- Tanit de Bronze aux Journées cinématographiques de Carthage

- Prix de la critique et du public au festival méditerranéen (Montpellier)

- Grand prix au festival de Dubaï