Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

Après la bataille

apres-la-bataille

Réalisé par Yousry Nasrallah
Avec: Nahed El Sebaï, Bassem Samra, Mena Shalaby
Durée: 122’
Année de realisation : 2012

Mahmoud est l’un des «cavaliers de la place Tahrir qui, le 2 février 2011, manipulés par les services du régime de Moubarak, chargent les jeunes révolutionnaires. Tabassé, humilié, sans travail, ostracisé dans son quartier qui jouxte les Pyramides, Mahmoud et sa famille perdent pied... C’est à ce moment qu’il fait la connaissance de Reem, une jeune égyptienne divorcée, moderne, laïque, qui travaille dans la publicité. Reem est militante révolutionnaire et vit dans les beaux quartiers. Leur rencontre transformera le cours de leurs vies…..

« Pas de discours enflammés : Yousry Nasrallah saisit le quotidien d'une Cairote d'aujourd'hui comme celui, nettement moins contemporain, d'une famille plus traditionnelle, loin de la grande ville. Il le fait avec énergie et tendresse, amour et compréhension pour ses personnages et leurs failles. Il a le goût et le talent de traquer le politique à travers l'intime. Aux images vidéo manichéennes des combats place Tahrir, il oppose la force d'un regard de pur cinéma : les gros plans magnifiques, sculptés, sur les visages de Rym (éclatante Menna Chalaby) et de Mahmoud (Bassem Samra, d'une grande intensité) deviennent l'incarnation des doutes d'une société désunie ». Aurélien Ferenczi (Télérama 19-09-2012).

« C’est ainsi qu’il (Y. Nasrallah) expose son projet dans le dossier de presse : « La référence pour moi ce sont les premiers films de Rossellini, sa manière de raconter des faits historiques au présent, grâce à la fiction. Rome ville ouverte, Païsa, Allemagne année zéro savent penser la dimension de la grande histoire et la dimension personnelle en même temps, dans le temps même de l’événement, grâce à la fiction ». . C’est en effet clairement ce tour de force que tente Après la bataille : empoigner l’Histoire avec sa grande hache, comme disait Georges Perec, tout en construisant une fiction afin d’incarner la Révolution dans des êtres de chair et de sang, des personnages du quotidien, avec leurs petites et grandes misères. … » Laure dalzane ( Blog Médiapart 26 Mai 2012)

« Après la bataille » a été sélectionné en compétition officielle au 65° Festival de Cannes en 2012.