Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

La porte du Soleil

porte-du-soleil

Réalisé par Yousry Nasrallah
Avec : Hiam Abbass, Béatrice Dalle, Hala Omran, Bassem Samra, Rim Turki
Durée : 278’
Année de réalisation : 2004

Khalil, réfugié dans le camp de Chatila au Liban, tente de tirer du coma Younès, vieux combattant de la cause palestinienne, en lui racontant les épisodes marquants de sa propre histoire. Ce soliloque est l'occasion d'évoquer cinquante ans d'histoire palestinienne, depuis la fondation de l'Etat d'Israël et l'exil de 1948 jusqu'aux négociations de paix d'Oslo…..

« Antonia Naïm : Pour la première fois au cinéma, on voit des images sur la Nakba (exode de 1948), cette période sombre de l’Histoire qu’on a tenté de refouler, des images fictionnelles qui reconstituent l’Histoire. Et, pour la première fois, on raconte la vie d’individus, des Palestiniens, et pas seulement de la Palestine. C’était le parti pris du roman et aussi le vôtre.

Yousry Nasrallah : Absolument, c’est ce qui m’a attiré dans ce travail : je n’aurais pas pu faire un film sur la « cause palestinienne ». C’est le rapport de l’individu avec l’Histoire que j’essaie d’aborder dans mes films : comment un individu agit pour ne pas se faire écraser par l’Histoire, comment il peut résister… J’étais donc complètement dans mon univers –d’autant plus que j’avais vécu quatre ans au Liban pendant la guerre et que j’avais côtoyé beaucoup de Palestiniens. Elias et moi sommes de la même génération, c’était donc raconter un peu notre vécu »
Interview de Y Nasrallah par Antonia Naïm (La pensée de midi n°14 2005)

« Mais foin du filtre réducteur de l’actualité et des manichéismes épuisants du pour/ contre : La Porte du soleil est avant tout une oeuvre de cinéaste, d’homme libre, un spectacle cinématographique plein de bruit et de fureur, de sentiments et de rebondissements, un ample et long fleuve d’action et de réflexion qui, tout en semant sur son lit quelques beaux cailloux historiques ou politiques, n’a au final qu’une morale, la plus belle : soyons avant tout des sujets libres comme l’eau, des individus fluides, sachons réfléchir, critiquer de façon autonome, faisons attention aux embrigadements, n’oublions surtout pas de vivre et d’aimer » Serge Kaganski Les Inrocks 01/01/2004

La Porte du Soleil » a fait partie de la sélection officielle –hors compétition- à Cannes en 2004