Bilan édition 2018

Une 9° édition réussie

La 9° édition de Visions d’Afrique a obtenu, pour la fréquentation, des résultats très supérieurs aux objectifs fixés. Alors qu’avaient été avancés comme objectifs 1500 entrées payantes pour les séances « grand public » (+ 10%) et 38 spectateurs en moyenne par séance, les entrées payantes se sont établies à 1684 (+22,3%) et le nombre moyen de spectateurs a dépassé nettement 40 pour atteindre 43,2 (contre 33,4 en 2016). Autre fait notable, la croissance a été plus forte à l’Estran (32,2%) qu’à l’Eldorado (+18,7%) pour la 2° année consécutive. La progression de la fréquentation en 2018 a amplifié encore la croissance forte observée en 2017 par rapport à 2016 (+17,7%).

La fréquentation a augmenté globalement en 2 ans (entre 2016 et 2018) de 44%….Il faut sans doute y voir plus qu’un effet de conjoncture, les conséquences d’un réel enracinement.

Cette croissance s’est traduite, notamment à l’Eldorado, par des affluences « exceptionnelles » par rapport aux années antérieures et des séances rassemblant plus de 80 spectateurs. Le nombre moyen de spectateurs par séance s’est établi à 47,9. A l’Estran le nombre moyen de spectateurs par séance se situe en 2018 à 32,5 contre 19,9 en 2016…

Bien entendu cette réussite est en rapport avec la qualité et la diversité des films proposés. 2018 a été sur ce terrain une excellente année et plusieurs des films au programme ont largement trouvé leur public.On peut considérer que sur les 16 films du programme « adulte », deux seulement, « I am not a witch » et « notre folie », ont eu moins d’attrait et ont rassemblé un public plus réduit, en rapport , pour « notre folie », avec le fait que ce film difficile n’a pu être projeté qu’une seule fois.

Pour les autres films, il faut évidemment relever, comme tous les ans, l’effet mobilisateur de la présence des réalisateurs, en l’occurrence Sofia Djama et Faouzi Bensaidi, dont les films « Les Bienheureux » et « Volubilis » ont attirés un public nombreux:(+ de 80 spectateurs en moyenne pour Volubilis) et le rôle d’animation décisif joué par Catherine Ruelle. Mais il faut aussi noter que, contrairement à ce qui a pu être observé les années précédentes, ,le public a été attiré par de nombreux films qui se situent à peu près au même haut niveau de fréquentation : ce fut le cas de « Rafiki », de « Maman Colonelle », de « Sofia » (5 projections avec une moyenne supérieure à 40 spectateurs), de « Frontières » d’Apolline Traoré, de « Makala », de « Yommedine »…

Il faut aussi noter que le film de la séance d’ouverture « Razzia » a été très apprécié (près de 200 spectateurs au total) et que près de 80 spectateurs sont venus à l’estran pour la clôture du festival, voir « Voyage au Congo » , le film de Marc Allegret, avec accompagnement musical.

Ajoutons enfin que les courts métrages de Paulin Soumanou Vieyra ont intéressé un public relativement fourni (une cinquantaine de spectateurs).

Un bilan très positif donc tant pour la fréquentation que pour la réponse du public à la proposition cinématographique.

Les autres volets du festival ont obtenu des résultats satisfaisants.C’est le cas du volet scolaire, notamment de la partie « collège ». Elle a rassemblé 398 collégiens ,appartenant à 4 collèges, qui ont visionné le film éthiopien « Lamb ». Thierno Ibrahima Dia a animé ces séances, à la satisfaction générale.

C’est également le cas du programme littéraire qui a concerné 4 médiathèques, une bibliothèque (Dolus d’Oléron) et plusieurs collèges (en premier lieu le collège du Château).

Les prestations de Halima Hamdane et de Alexandre Oho Bambé semblent avoir recueilli la pleine approbation des responsables et des publics (bilan en cours d’élaboration) qui ont, une nouvelle fois, apprécié les présentations et interventions de Ber,nard Magnier.

La 9° édition semble avoir marqué une nouvelle avancée de Visions d’Afrique qui bénéficie à l’évidence de la permanence des efforts consentis depuis 9 ans pour intéresser le public aux cinémas d’Afrique

 

Crédits photos : Odile Motelet / photo.motelet.com